Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : on Air
  • : 1er blog pariétal,réservoir de notes chorégraphiques, iconographiques et textuelles à projeter pour la prochaine création à l'ECAM au Kremlin-Bicêtre à l'automne 2010
  • Contact

Profil

  • jm agius

accueil

Recherche

vue ailleurs

sculpteurs dans l'air

Joshua Allen Harris

Theo Jansen


voir les video dans page




Archives

6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 10:29

 

Ce film est une forme sans fin et sans début, un objet brut destiné à être oublié qui n'a pas trouvé de place dans le spectacle et qui pourtant, d'une manière souterraine, participe à la production de ces danses qui émergent dans les studios pour finir sur scène.

Cette parenthèse "écorégraphique" où je recycle les rebuts du spectacle est un concept que je voudrais approfondir à l'avenir.

Elle fait déjà partie du processus de "on air".

Passe-t-on à côté de choses importantes, drôles, sans que jamais personne ne soit là pour s'en apercevoir comme le dit Jacques Tatie ?

Quelle est cette force du moment qui pousse telle matière dansée, telle posture mentale, à être écartées du résultat sur scène ?

Le choix économique, esthétique, etc.?

La nécessité de choisir globalement n'écarte-t-elle pas la beauté d'un détail?

Tant de questions se posent sur cette matière invisible mise au rebut et qui fait écho avec notre façon de voir et de fabriquer notre  monde.

 

 

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 08:31

Entre le premier cri et le dernier soupir, la vie

des êtres se déploie, égraine les différents souffles qui trament notre vie. Quelque chose nous échappe entre ce premier souffle dont on ne souvient plus et celui qui nous attend et dont on ne saura jamais rien.

 

 

 

Si le débit du film est lent à télécharger cli quez sur pause le temps que la barette d'acquisition
soit  presque pleine ou bien clique z sur le lien qui suit:
http://onair.blip.tv/



Partager cet article

Repost0
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 22:58

visuel def


Partager cet article

Repost0
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 03:47

 


l'homme dans les nuages


 


 



L’inspiration viendra du dehors,
l’expiration du dedans.



AIRe de lancement
Je vais partir en "errance" avec ma caméra, glaner la matière du spectacle, sept jours durant.
Le premier jour en quête du premier souffle, j'irai assister à une naissance.
Les cinq jours suivants, je pisterai le moindre déplacement qui se présentera.
Je guetterai les signes du chemin, au hasard, fluide, léger, imprévisible, comme l’air, j'avancerai là où le vent me guidera.
Le dernier jour, date d'expiration, j'irai à l'écoute d'un dernier soupir, voir là où le souffle s'est arrêté.

AIRe d'atterrissage
« sortir pour fabriquer un improbable dedans avec du dehors »
Suit une résidence dans les studios au mois de mars celui de de micadanses,
Les explorations de Mars  je filme toutes mes répétitions et après chacune d'elles, il y a un travail de "derushage". Rien ou presque de ce qui se produit avec les artistes dans le studio n’est abandonné, tout peut être « recyclable » pour une œuvre à projeter dehors  ou voir dedans sur le net.

 

AIRe de stationnement
A nouveau, je retourne à l'air libre.
Après avoir été mobile, je tiens une permanence, hors les murs. Je m'assieds à une table, point fixe, laissant venir à moi ce que le vent charrie (voir ci-après le plan de table).

 

 
  la danse des loustiques

 




Ondulation de lumière 

geyser du provisoire
 une danse en suspension
 dans les étangs de Narbonne
 à la tombée du vent.

 


 


Où va le vent ?
Quelle est cette force qui sculpte les paysages, joue avec les nuages, que l’on côtoie assez souvent sans pour autant jamais l’avoir vue ?
Quel est ce vent qui nous pousse, nous emporte et auquel nous résistons parfois ?
Je pressens qu'il sera question du destin, de nos luttes et de nos "lâcher prise", plus que de météo...
Un repérage des réalités moins visibles, une interrogation sur l'air du temps qui nous meut.
Qui fabrique l'air du temps ?
Quelle industrie décide de ce qu'il faut voir et écouter ?
Quelle instance dicte l'humeur générale, soldant les interrogations qui traversent l'homme depuis les origines ?
Sommes-nous devenus "homo branchus " ?
Reliés  sans cesse  à des appareils wifi (webcam, gsm, baladeur…) comme autant de prothèses ?
Occupés par le contenu déversé sous forme de flux fabriqués à cet effet qui interfère profondément sur l'imaginaire ?
Le ciel est-il encore un territoire vierge ? Il est sans cesse raturé par des faux nuages. Les drapeaux des nouveaux conquérants remplacent les girouettes. Que présage leurs cliquetis métalliques ?

 

 






Partager cet article

Repost0
1 janvier 2008 2 01 /01 /janvier /2008 12:23
"Sortir pour aller voir à l'intérieur »,

 c'est ce que nous faisons la plupart du temps comme public. Prendre l'air, s'aérer, s'inspirer, reprendre son souffle et puis le retenir, peur de le perdre sans doute.
Entre le premier et le dernier souffle, il y a immuablement la vie d'un être qui se
déploie. Respirer me fait vivre et me tue ; c'est notre paradoxe commun.

Pour cette création, je vais suivre un protocole lié au va-et-vient de la respiration. L'inspiration viendra du dehors, l’expiration du dedans.
Je vais partir  en "errance"  avec ma caméra, glaner la matière du spectacle. Suit une résidence, phase d'intériorisation; je crée les signes physiques de cette collecte.
Puis à nouveau, je retourne à l'air libre.

« sortir pour fabriquer un improbable dedans avec du dehors»
je tiens une permanence, hors les murs, je m'assieds à une table, point fixe, laissant venir à moi ce que le vent charrie.  Une table d'écoute,  pour saisir le son du jour, la bande passante. Une table de projection, d'où j'envoie mes images de danse sur les murs aveugles. J'associe  à ces  films rupestres des écrits "bruts" d'un écrivain ou d'un passant, graffitis provisoires balayés par l'air du temps.
Ensuite je retourne au plateau, riche de toutes ces matières, et avec d'autres artistes, je crée la forme finale du spectacle.
AIRe est une oeuvre ouverte pour la salle dont l'écriture se nourrit d'un aller-retour avec notre environnement.


Partager cet article

Repost0
1 janvier 2008 2 01 /01 /janvier /2008 11:20
« on AIR » est le troisième volet d'une "table des matières" en construction, qui se réapproprie chacun des quatre éléments à travers un spectacle. Ce chantier artistique a débuté en 2003 avec « Pièce d’eau », initiant ma collaboration avec l’auteur Laurence Vielle. Il s'est poursuivi dans « Etat de Marche », nous avons marché de Bruxelles à Paris pour explorer l’élément terre.
Dans cette nouvelle création sur le plus impalpable des quatre éléments, l’air, je vais suivre un protocole lié au mouvement de la respiration : j'alternerai des périodes de travail hors et dans les murs. Il s’agira donc d’un va-et-vient entre la collecte à l'air libre de matériaux sous forme de captations vidéographiques et sonores, et la mise en forme de ceux-ci dans l’espace clos du théâtre, de la salle de répétition. Cette phase d'intériorisation pourra à son tour devenir matière de projection pour l'extérieur. Cette démarche est d'ores et déjà visible sur un blog. La trame du spectacle à venir ne précède pas son élaboration. Ce qui m'intéresse, c'est de vivre, en amont de la création, une expérience qui en devienne le processus. De même que je suis parti inventer la danse d'Etat de Marche dans la pérégrination, j'ai besoin pour « on AIR » d'un temps nomade où je rencontre des publics hors les murs.
La forme que je cherche participe de la retranscription et du contact, elle est suspendue en partie à la question de l'autre. Le souffle, matiera prima, nous relie. « on AIR » sera façonné par cet élan.



Partager cet article

Repost0